-->

Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Les troubles du comportement alimentaire

mis à jour par le 23/10/2014
Les troubles du comportement alimentaire

 

Souffrez-vous de troubles du comportement alimentaire ?

Il nous est tous déjà arrivé de grignoter ou de manger excessivement lors d’un repas. Mais à partir de quel moment parle-t-on véritablement de troubles du comportement alimentaire ? Du désordre passager comme le grignotage ou l’hyperphagie, à la véritable maladie comme l’anorexie ou la boulimie,  il y a différentes formes et degrés de troubles du comportement alimentaire. Quels sont-ils ? Comment détecter les premiers symptômes ? Découvrez cette enquête Ligne en Ligne pour savoir si vous avez un rapport serein ou conflictuel avec l’alimentation.

Qu’est-ce que le comportement alimentaire ?

Le comportement alimentaire désigne l'ensemble des conduites d'un individu vis-à-vis de la consommation d'aliments. Sa principale fonction est de couvrir nos besoins nutritionnels. Il assure également notre équilibre pondéral, c’est-à-dire que l’on a un poids à peu près stable tout au long de notre vie. Ce contrôle du poids s’effectue naturellement via les sensations alimentaires : la faim  déclenche la prise alimentaire et la  satiété, la fin de la prise alimentaire. Ainsi, si l’on est attentif à ces signaux, on s’arrête de manger lorsque nos besoins sont couverts.  Mais l’acte de manger n’est pas si simple que cela  car intervient également  les notions de plaisir, de psychologie et  de  culture, ce qui complique parfois la prise alimentaire.
 

A partir de quel moment parle-t-on de troubles du comportement alimentaire ?

Le comportement alimentaire peut être perturbé par :

  • Les comportements de restriction
  • La volonté de minceur
  • La difficulté à faire face aux situations conflictuelles ou les difficultés psychologique

Lorsque ces facteurs prédominent pour guider la prise alimentaire, on parle alors de troubles du comportement alimentaires.
 

Quels sont les différents types de troubles du comportement alimentaires?

Troubles pendant le repas

L’augmentation de la prise alimentaire pendant le repas s’appelle l’hyperphagie. C’est le fait d’avoir besoin de manger de grandes quantités pendant un repas.

Les causes :

  • Une sensibilité excessive au plaisir sensoriel associé aux aliments.
  • Le fait de manger rapidement (tachyphagie) : quand on mange vite, on a tendance à ingérer de plus larges portions.
  • Ne plus savoir reconnaître les signaux  de rassasiement et de satiété. Le rassasiement correspond au moment où l'on n'a plus faim après un repas. L'organisme ressent alors un bien-être physique qui permet de sortir de table sans frustration et de tenir jusqu'au repas suivant. La satiété est l’état de non faim entre deux repas.


L’hyperphagie est souvent mal identifiée par les personnes car elle est souvent liée à l’éducation alimentaire.  Ces personnes ont toujours mangé vite donc n’ont pas conscience qu’elles mangent rapidement.
 

Troubles en dehors du repas

Le principal trouble vient de l’augmentation de la prise alimentaire en dehors des repas. Il y a différents degrés allant du grignotage à la vraie boulimie.

Le grignotage

Le grignotage est caractérisé par l’ingestion répétée, quasi automatique, de petites quantités de divers aliments non spécifiques sans ressentir de faim ou d’appétit, bien que les aliments consommés soient souvent jugés agréables. Il s’agit d’un comportement “passif” où la disponibilité des aliments, facilement accessibles, joue un rôle essentiel. Il s’associe fréquemment à une sensation d’ennui. Il ne s’accompagne pas spécifiquement d’un sentiment de culpabilité. Sa quantification est souvent difficile du fait de son caractère passif, répété et automatique.

 

Les compulsions alimentaires

Elles correspondent à une envie impérieuse et intense de manger suivie de culpabilité. Les  aliments consommés sont  souvent appréciés (gras et sucrés ou très salés), typiquement en réponse à une envie plutôt qu’à la faim. Les épisodes s’accompagnent initialement d’un soulagement, voire d’un plaisir, puis d’un sentiment désagréable de culpabilité. Ces épisodes surviennent fréquemment en fin de journée en rapport avec l’angoisse, la perte du contrôle social lors du retour à domicile. Les compulsions sont fréquentes chez les personnes suivant un régime restrictif.
 

La boulimie

 Au cours de la crise de boulimie, le sujet ingère de grandes quantités de nourriture au-delà de toute satiété. La boulimie est diagnostiquée à partir d’une fréquence de 3 à 4 crises par semaine. La qualité gustative des aliments est généralement indifférente : c’est le fait  que l’estomac soit plein qui marque l’arrêt de la crise. Le sujet s’arrête à cause de  douleur au niveau de l’estomac ou par vomissements spontanés. Les crises n’ont lieu que lorsque la personne est seule.  En effet, le comportement boulimique est en général caché à l’entourage. Après la crise, on ressent en général de l’angoisse et  de la honte.
 

Diminution de la prise alimentaire

La restriction cognitive

La restriction dite “cognitive” se définit comme “la tendance à limiter volontairement son alimentation dans le but de perdre du poids ou de ne pas en prendre”.  Les modalités en sont variables : sauter un repas, jeûner, repas basses calories, etc.  

L’anorexie

L’anorexie se définit par l’absence de faim ou de satiété à l’heure habituelle des repas. Il faut distinguer l’anorexie « physique » qui est le manque d’appétit suite à une maladie ou une phase dépressive et l’anorexie mentale qui est le refus de manger, un dégoût pour la nourriture chez des sujets qui perçoivent les signaux de faim.
 

En conclusion…

Dans tous les cas,  si vous sentez que vous êtes débordé par votre comportement alimentaire, que vous ne maîtrisez plus rien, si c’est plus fort que vous, si c’est  une source de souffrance, alors n’hésitez pas à vous faire aider : seul vous n’y arriverez car ce n’est pas seulement une question de volonté. Parlez-en à votre entourage et n’hésitez pas à consulter. Une aide pluridisciplinaire  (diététicienne spécialisée dans les troubles du comportement alimentaire, psychologue…) donne de très bons résultats.

Retour à la liste des articles

Découvrez les articles et exercices sportifs Ligne en Ligne 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !