Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Qu'est-ce que la psychosomatique ?

mis à jour par le 23/10/2014
Psychosomatique

 

« C’est psychosomatique ! »

Ce « diagnostic » prononcé avec une note d’ironie ou de dépit peut être peu flatteur pour celui à qui il s’adresse. Une façon de dire que la maladie «  se passe dans la tête », autrement dit que le malade, n’a plus toute la sienne, ou bien encore qu’il simule sa maladie. Le terme « psychosomatique » ne fait pas allusion aux fonctions mentales, mais à l’ensemble des phénomènes psychiques, psychologiques et émotionnels qui permettent à l’individu d’avoir conscience de son existence, de ressentir et d’être en relation avec son environnement. Ces phénomènes sont toujours, à un stade ou à un autre, une composante de la maladie, et ils doivent être reconnus et traités en conséquence.
 

Qu’est- ce que la somatisation ?

La psychosomatique peut être définie comme l’interaction entre le corps et l’esprit.

Des études récentes semblent indiquer une nette augmentation du nombre de maladies psychosomatiques. Elles seraient à l’origine de 40 à 50 % des visites chez le médecin généraliste et de 30 à 40 % des appels aux urgences. Quelques praticiens vont encore plus loin et considèrent que quasiment toutes les maladies sont psychosomatiques.

Les maladies psychosomatiques sont des maladies psychologiques se manifestant comme des maladies somatiques. Le patient n’est pas conscient de ce mécanisme et croit généralement, en toute bonne foi, être victime d’une maladie habituelle avec des symptômes douloureux, d’une réaction de conversion (transformation d’émotions en manifestations physiques) ou des deux. D’où la nécessité de promouvoir une médecine psychosomatique qui traiterait dans un même élan le psychique et le corps.

 

 
 

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes douloureux peuvent se manifester dans n’importe quelle partie du corps, alors que des réactions de conversion sont connectées à un ensemble beaucoup plus vaste de symptômes, comme la parésie (paralysie partielle ou incomplète manifestée par une simple diminution de la force musculaire), des problèmes de déglutition, des problèmes respiratoires (asthmes), gastriques (ulcères, aérophagie…), etc.

Une maladie psychosomatique se caractérise par l’absence de réaction physique aux tests de diagnostic et par la persistance des symptômes pendant au moins un mois. Le patient se plaint d’un problème malgré l’absence de preuve diagnostique. Il n’y a en aucun cas mensonge ou simulation.

S’il est possible que le trouble physique ne soit pas en lien avec une situation à laquelle la personne n’arrive pas à faire face (ce qui en constitue le caractère traumatique) et qui provoque chez elle diverses émotions douloureuses, il est en tout cas faux de dire que cela passerait par des modifications physiologiques engendrées par des modifications psychologiques engendrées par des émotions réprimées.

Par contre, les états de tensions chroniques ou de désespoir créés par l’impossibilité de trouver une issue à une situation déplaisante ont le pouvoir d’affecter la physiologie de l’individu. C’est ce que nous appelons le stress durable qui aurait des effets non spécifiques sur l’organisme en abaissant son métabolisme habituel ce qui permettrait à la maladie de se développer.
 

Bilan psychosomatique

 

De votre côté, vous pouvez essayer de faire votre petit bilan psychosomatique personnel.

Lorsque des douleurs ou des symptômes apparaissent, notez tout ce qui a pu se passer dans votre vie au même moment ou quelques temps avant. Notez tous les événements ou anecdotes, heureux ou malheureux, qui vous reviennent à l’esprit, sans rien censurer. (Parfois, vous vous rendrez compte qu’un événement que vous jugez subjectivement anodin aujourd’hui a eu, sur le coup, un impact beaucoup plus important que vous ne le pensez).
Notez ce que vous avez ressenti, les pensées que vous avez eues, les rêves que vous avez faits, les décisions que vous avez prises, les erreurs que vous avez commises, etc. (Il faudra sans doute faire un effort de mémoire).

Essayez de rapprocher tout cela de vos symptômes présents et des émotions ou des humeurs qu’ils éveillent en vous. Peut être découvrirez- vous un sens à travers ces rapprochements. En tous cas, cela pourra aider votre médecin dans son diagnostic (pour peu qu’il veuille prendre en compte ces facteurs). Un psychothérapeute y prêtera la plus grande attention et vous aidera à exploiter au mieux ces informations pour favoriser votre rétablissement et vous permettre – pourquoi pas ? – de transformer votre maladie en occasion d’épanouissement.
 

Ligne en Ligne vous conseille quelques livres sur le sujet :

 

A lire également :

 

Retour à la liste des articles
Découvrez les articles de notre coach sportif

 

 

 

 

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !