Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Tout savoir sur l'obésité

mis à jour par le 03/09/2013

 lutter-contre-obesite

Notre grand dossier sur l'obésité

Une épidémie mondiale ?

Selon l’OMS, l’obésité et le surpoids sont définis comme étant une accumulation anormale et excessive de tissu adipeux pouvant nuire à la santé. C’est une épidémie mondiale qui touche 400 millions de personnes et tue chaque année de nombreuses personnes.

Saviez-vous qu’il existe 2 types d’obésité ? Saviez-vous également que le surpoids représente des risques non négligeables pour la santé ? De plus, saviez-vous qu’il existe un certain nombre de facteurs environnementaux contribuant à l’apparition de cette maladie ? Saviez-vous enfin qu’il s’agit d’une épidémie qui progresse extrêmement vite chaque année ? C’est pour sensibiliser les lecteurs à cette maladie contemporaine que l’équipe de Ligne en Ligne a décidé de rédiger ce grand dossier sur l’obésité.

Comment se caractérise l’obésité ?

L’obésité se caractérise par un excès de tissu adipeux supérieur à 15% de la masse corporelle totale chez l’homme et à 25% chez la femme.  Elle se remarque également par la mesure du tour de taille lorsque celle-ci dépasse 88cm pour une femme (or cas de grossesse) ou 102cm pour un homme.

Enfin, l’obésité est constatée lorsque l’Indice de Masse Corporelle (IMC=poids/taille²) du sujet dépasse 30 kg/m². Calculez ici votre IMC.

  • Pour un IMC compris entre 30 et 34,9 kg/m², on parle d’obésité légère (classe I)
  • Pour un IMC compris entre 35 et 39,9 kg/m², on parle d’obésité modérée (classe II)
  • Pour un IMC supérieur à 40 kg/m², on parle d’obésité extrême (classe III)

 

Obésité : les femmes et les enfants les plus touchées

Il existe 2 types d’obésité :

  • L’obésité androïde qui touche principalement les hommes : la masse grasse est concentrée au niveau de l’abdomen. Ce type d’obésité est associé à une suralimentation ou à un manque d’activité physique.
  • L’obésité gynoïde qui touche principalement les femmes : la masse grasse est concentrée au niveau des cuisses et des hanches. Ce type d’obésité n’est pas associé à une suralimentation mais à un problème d’ordre hormonal.


Selon une enquête Obépi datée de 2006, il semblerait que le nombre de personnes obèses ne cesse d’augmenter dans la population féminine alors que l’obésité masculine stagne. La cause est très certainement l’augmentation du tour de taille pour les femmes, aboutissant alors à une obésité mixte, c’est-à-dire à la fois androïde et gynoïde.  

Par ailleurs, au vue du discrédit porté à l’allaitement maternel du bébé, de l’augmentation de la sédentarité chez l’enfant, d’une alimentation trop riche et de repas ingérés trop rapidement, le nombre de cas d’obésité infantile augmente : on est plus gros plus jeune.*

 

 banniere-service premium

 

L’obésité : une épidémie très médiatisée

Beaucoup d’articles sont publiés chaque jour sur l’obésité. Ce sujet nourrit un marché journalistique florissant et face à cette population qui prend du poids, les médias font beaucoup de bénéfices.

Le problème n’est pas tant le nombre de publications sur cette épidémie mais plutôt les préjugés et la stigmatisation qu’elles engendrent : être atteint de surpoids ou d’obésité est aujourd’hui mal perçu et ces individus sont souvent rejetés par leurs concitoyens.

En outre, la publicité a un rôle non négligeable dans les choix alimentaires des enfants et de leurs parents. Le spot télévisé reste le support le plus utilisé par les grands industriels de l’agroalimentaire pour promouvoir de nouveaux aliments, souvent bien trop gras : biscuits, céréales, barres chocolatées, sodas...

C’est la raison pour laquelle l’état français a mis en place le plan PNNS (Programme National Nutrition Santé) en janvier 2001 afin de sensibiliser la jeune génération à l’importance d’une alimentation saine et d’une activité sportive régulière, avec des messages simples comme : « mange au moins 5 fruits et légumes par jour » ou encore « pour être en bonne santé, pratique une activité physique régulière ». Mais ceci ne permet malheureusement pas de pallier à tous les cas d’obésité infantile.

L’obésité ne vient pas chez nous par hasard…

L’obésité touche majoritairement les pays riches avec 20,4% d’obèses parmi la population totale des pays développés contre 1,8% pour les pays sous-développés en 2003. Chaque année, on estime à 300 000 le nombre de décès prématurés dus à un excès de poids et l’obésité serait même devenue la deuxième cause de mortalité aujourd’hui aux Etats-Unis, derrière le tabagisme.

La prise de poids excessive qui caractérise l’obésité est due à l’addition de plusieurs facteurs : l’hérédité, la prise de médicaments, des facteurs hormonaux, l’arrêt du tabac, des facteurs psychologiques ou sociaux, une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique et des régimes trop restrictifs.

En France, la proportion de personnes en surpoids ou obèses a augmenté de 36,7% à 41,6% entre 1997 et 2003 : les français ont en moyenne grossi de 1,7kg sur cette période. Et les chiffres de cette maladie ne cessent de progresser !

Les conséquences de l’obésité pour la santé

L’obésité est une maladie et elle tient ce statut du fait qu’elle engendre un certain nombre d’effets néfastes pour la santé :

  • Diabète : une personne obèse a 3 fois plus de risques de devenir diabétique qu’une personne non-obèse. Cela s’explique par une production insuffisante d’insuline par l’organisme par rapport à la quantité de graisses présentes dans le corps. Les conséquences du diabète sur la santé sont multiples : maladies cardiovasculaires, problèmes ophtalmologiques, atteintes rénales…
  • Hypertension : il y a 3 fois plus d’hypertension artérielle chez les sujets obèses que chez ceux non-obèses. En effet, l’excès de poids favorise l’hypertension et augmente alors le risque d’accident vasculaire cérébral ou d’infarctus du myocarde.
  • Apnée du sommeil : on estime que 20 à 30% des personnes obèses font (ou ont fait) des apnées du sommeil. La conséquence majeure est l’altération du sommeil, mais également des problèmes cardiaques, respiratoires et artérielles.
  • Augmentation des graisses dans le sang (sous forme de cholestérol et de triglycérides) qui accroît le risque de survenue d’athérosclérose, d’insuffisance cardiaque, d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral et de maladie cardio-vasculaire.
  • Problèmes rhumatologiques (ou douleurs ostéo-articulaires) particulièrement au niveau des genoux et des hanches et induisant une difficulté motrice.
  • Troubles veineux : jambes lourdes, œdèmes, varices ou encore phlébites. Ils empêchent le sang de remonter correctement du pied vers le cœur.
  • Cancers. Le risque de cancer est accru chez les personnes obèses. Les organes concernés sont : l’utérus, les ovaires et les seins pour la femme, la prostate pour l’homme, le colon et la vésicule biliaire pour les 2 sexes.
  • Autres : troubles des règles (ovaires polykystiques), risque anesthésique, calculs biliaires, brûlures d’estomac, maux de tête, incontinence urinaire, stéatose hépatique (infiltration de graisses dans le foie), transpiration abondante, problèmes cardiovasculaires, goutte, gène respiratoire…  


Finalement, l’obésité est  une maladie qui fait peur et la lutte contre l’obésité vire trop souvent à la lutte contre les obèses. Ces personnes sont en effet victimes de nombreuses discriminations sur le lieu de travail, dans la rue, dans les transports en commun… et cela ne les aide pas à reprendre confiance en elles.
En outre, il existe beaucoup de moyens pour prévenir cette pathologie : régimes en tout genre, pratique d’activités sportives, mise en place d’un anneau gastrique…
Cessons donc la stigmatisation et réagissons face à la montée croissante du nombre de cas d’obésité et de surpoids !

 

Retour à la liste des articles

Découvrez les articles de notre coach sportif

 

Manque motivation ? Découvrez les conseils de notre coach

 

 

 

 

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !