Les céréales du petit-déjeuner

mis à jour par le 15/10/2018
Berries 1839515 640

Séduisantes et gourmandes, les céréales sont les stars du petit-déjeuner. À condition de bien savoir les choisir.

 

Une consommation en hausse

La consommation de céréales du petit-déjeuner connaît une hausse régulière en France. Pascale Hébel, dans « Comment évoluent les petits déjeuners en France depuis dix ans ? » (Les Cahiers de nutrition et diététique, 2012) souligne la place grandissante qu’elles occupent dans notre alimentation. Comme l’indique un rapport de l’Insee, les habitudes alimentaires des Français ont évolué depuis les cinquante dernières années. Le rapport fait notamment état d’apports en sucres et en graisses de plus en plus élevés. Les céréales du petit déjeuner commercialisées par les industriels entrent dans cette catégorie d’aliments à forte valeur calorique. En effet, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise 10 g de sucres incorporés pour 100 g de produit, la plupart des céréales du petit déjeuner affichent un taux de 25 % (Sciences Avenir).

 

Les apports nutritionnels des céréales du petit-déjeuner

Les céréales telles que l’orge, l’avoine et le seigle sont source de fibres et permettent un abaissement de l’indice glycémique (IG) de l’amidon. En effet, ces fibres ralentissent la digestion des glucides complexes tels que l’amidon. En outre, ces céréales apportent à l’organisme des protéines végétales, indispensables à la régulation de la glycémie. Elles contribuent aussi aux apports en sels minéraux, vitamines et micronutriments indispensables au maintien des structures cellulaires et à leur bon fonctionnement. Cependant, les nutriments les plus importants que délivrent les céréales à l’organisme demeurent les glucides : les grains de céréales renferment entre 70 et 80 % d’amidon, lequel est un sucre lent.

 

Que dire des céréales du petit-déjeuner ?

Dans la plupart des cas, des sucres de synthèse et des corps gras sont ajoutés aux céréales. Ainsi, les céréales fourrées ou enrobées (chocolat, miel) et autres mueslis peuvent être particulièrement riches en glucides et lipides. Les procédés de fabrication de ces céréales jouent beaucoup sur leurs qualités nutritionnelles. Les formes qui leur sont données sont obtenues en les soumettant à des conditions extrêmes (température, pression…), ce qui présente l’inconvénient de dénaturer des composants comme l’amidon. En outre, certaines céréales peuvent contenir des traces de pesticides et d’autres produits toxiques.

 

Comment bien les choisir ?

Les flocons d’avoine et mueslis traditionnels (sans sucres ajoutés) sont des choix sains, permettant de prendre du plaisir dans la dégustation, sans dépasser les ANC (Apports nutritionnels conseillés). Par contre, les produits trop sucrés, telles les céréales enrobées, sont à consommer avec modération. Il en est de même des céréales aux formes fantaisistes, nappées de glaçage et de celles dites « croustillantes ». Cette dernière catégorie a la particularité d’avoir un IG élevé, résultant de ses procédés de fabrication et de l’ajout de sucre. Les céréales du petit déjeuner dites « bio » et sans sucre ajouté semblent être un bon compromis pour un petit déjeuner équilibré.


Amies ou ennemies, les céréales du petit-déjeuner ont des avantages et des inconvénients. D’où l’importance de s’informer pour bien les choisir.

N'oubliez pas cependant que le plaisir alimentaire est important, alors si ce sont les céréales enrobées que vous préférez, ne vous en privez pas pour autant ! 

 

Si vous souhaitez découvrir d'autres articles sur le même thème, en voici quelques-uns :

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !