Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Le régime 5:2

mis à jour par le 13/10/2014
R%c3%a9gime 5 2

 

Et si c’était enfin le bon ?

 

Comme chaque année, la période estivale arrivant avec son lot d’innombrables façons de maigrir fleurissent  dans  les magazines féminins. Il y en a un qui s’est spécialement  démarqué cette année. Il nous vient tout droit d’Angleterre,vous en avez peut-être entendu parler, il s’agit du régime 5 :2. En quoi consiste-t-il ? Quels sont les avantages, les inconvénients ? Peut-on recommander ce régime ? Ligne en ligne démêle le faux du vrai de cette nouvelle tendance.

D’où vient ce nouveau régime ?

 

Ce régime est le fruit de plusieurs études menées depuis 2006 par une équipe du Genesis Breast Cancer Prevention Centre à Manchester. Mais quel rapport entre le cancer du sein et un régime minceur ? Les cancers sont provoqués par de nombreux facteurs, génétiques et environnementaux. Aujourd’hui, on le sait, le surpoids  ferait parti des facteurs favorisants l’apparition de certains cancers, notamment celui du sein. Selon Pamela Goldberg, responsable de la campagne nationale contre le cancer du sein au Royaume-Unis, « maintenir un poids d’équilibre est l’un des rares facteurs sur lesquels on puisse agir individuellement ». Le docteur Michelle Harvie, nutritionniste, et le professeur Tony Howell, oncologue,cherchaient à aider des patientes atteintes d’un cancer du sein à maintenir un poids équilibré pour éviter l’apparition de tumeurs. Ils ont ainsi décidé de définir ce qu’ils appellent le « régime idéal », de la prévention qui devient une méthode pour maigrir facilement.

 

L’avis de notre diététicienne Audrey Terel : Je suis entièrement d’accord avec le fait que le surpoids et l’obésité font partis des facteurs favorisant certains types de cancers. Maintenant cela touche plus particulièrement la population en surpoids et en obésité. Le risque de généraliser ces types de conseils est de  créer une anxiété alimentaire dans la population bien portante,  sans aucun problème de poids ni d’hygiène alimentaire. Les biens portant risquent de se mettre en restriction sévère, de ne plus être à l’écoute des besoins spontanés bien régulés de l’organisme, pouvant amener à des troubles du comportement alimentaire.

Pourquoi le concept 5 : 2 ?

 

5:2 pour signifier, cinqjours d’une alimentation équilibrée et 2 jours de semi-jeûne. Pourquoi Michelle Harvie l’explique ainsi : « On sait depuis longtemps qu’il faut réduire les apports caloriques de 25 % pour que l’organisme commence à puiser dans ses réserves. Ce qui est nouveau, c’est que l’on s’est rendu compte qu’il était plus efficace d’opérer une réduction importante deux jours par semaine (équivalente à – 25 % de l’alimentation globale hebdomadaire), plutôt que de réduire tous les jours ses apports alimentaires de 25 % ». Après 3 mois de régime, les patientes ont perdu en moyenne 4 kilos contre 2,2 kilos avec un régime classique.

 

L’avis de notre diététicienne Audrey Terel : tous les régimes restrictifs amènent à des résultats positifs au niveau du poids. En imposant une contrainte alimentaire, il est évident que l’on perd du poids. Le problème c’est que l’on ne tient pas cette contrainte sur le long terme car ce sont des trames alimentaires, n’amenant à aucun moment à travailler ou à prendre conscience des causes de la prise de poids qui sont propres à  chacun. Une fois l’objectif de poids atteint, l’abandon de la contrainte alimentaire amène bien souvent à la reprise de poids, le classique phénomène yoyo. Un travail en profondeur sur les déclencheurs de prise alimentaire sans réelle faim permet par contre une perte de poids durable car les réels problèmes ont été cernés. La réussite d’un régime peut se juger à post trois ans. Ce régime étant tout nouveau, nous n’avons pas le recul pour promulguer la réussite du 5 :2

Le principe

Les 2 jours de semi-jeûne  

 

Le principe est simple : pendant 48h, on limite au maximum les calories. La ration alimentaire doit ainsi diminuer de 50 %, voire ne pas dépasser les 500 calories.

Concrètement, il est recommandé d’éviter ces jours- là le pain, les céréales, les légumineuses, les mauvaises graisses, les sucres… et adopter un régime à base de légumes crus et cuits, de laitages demi-écrémés, de protéines et de quelques noix. Exemple de répartition sur la journée:

- Petit déjeuner : thé vert + œuf à la coque
- Déjeuner : soupe de légumes, crudités (avec 1 c. à soupe d’huile de colza + jus de citron), yaourt
- Goûter : pomme + une douzaine d’amandes ou de noisettes, thé ou café au lait
- Dîner : gaspacho, poisson, légumes, tisane.

 

L’avis de notre diététicienne Audrey Terel: Finalement cela revient à faire un simple régime hyperprotéinéqui est repris déjà par de nombreux régimes. Rien d’innovant, juste le nom qui change pour la cause marketing.  Le problème si l’on limite les apports à 500 calories pour tout le monde est que cela ne prend pas en considération que les besoins énergétiques d’une personne sont variables (en fonction de la taille, du sexe, de la génétique, de l’activité physique…) De plus si l’on sous alimente son organisme, il a naturellement tendance à se rattraper. Il augmente la sécrétion de grheline, hormone augmentant la sensation de faim. Est-ce qu’il ne compensera pas ces 2 jours de restriction en amenant à manger plus les 5 autres jours ?

N’y aura-t-il pas un effet de compensation, « je mange plus aujourd’hui car demain je serai restreint » tout comme un fumeur fumerait plus de cigarettes la veille d’un jour où il déciderait de s’arrêter.

 

Les 5 autres jours de la semaine

 

Ces cinq autres jours, on peut  manger ce que l’on veut mais il est conseillé de limiter les cheeseburgers, chips, gâteaux, alcool… Une alimentation méditerranéenne est recommandée (légumes, fruits, poissons et viandes maigres). L’idée n’est cependant pas de se retreindre pour autant. Le carré de chocolat après manger, le morceau de fromage deux ou trois fois par semaine, ou la glace en terrasse ne sont pas prohibés.

 

L’avis de notre diététicienne Audrey Terel : on en revient finalement à un équilibre alimentaire de base. Ces conseils sont parfaits pour les personnes n’ayant pas les principes d’une bonne hygiène alimentaire. Finalement comme tout autre régime proposant un rééquilibrage alimentaire. Le bémol se situe pour les personnes ayant déjà de très bonnes notions de diététique. Limitant leur alimentation avec un unique objectif de santé, bien souvent  ils se  mettent dans une obsession alimentaire du trop  bien manger, excluant tout aliment plaisir. Or l’alimentation a certes le rôle de nous apporter les éléments nutritionnels mais elles a également la  valeur émotionnelle de nous apporter satisfaction et plaisir. C’est pourquoi autour de l’assiette, il y a la notion de convivialité, de satisfaction gustative de ce que nous mangeons qui joue un rôle dans le rassasiement.  Si l’on oublie cette dernière, on tombe rapidement dans le tout ou rien. Dans le cercle infernal de la restriction-frustration-compulsion-culpabilité-compulsion nouveau qui sera compenser alors par la restriction.

Sans oublier l’activité physique

 

 Ce régime suit les recommandations actuelles en activité physique. C’est-à-dire de se dépenser régulièrement avec une demi-heure de marche ou de vélo tous les jours par exemple pour booster la perte des kilos, éliminer les toxines et réguler l’appétit.

 

L’avis de notre diététicienne Audrey Terel : évidemment l’activité physique a toute sa place pour raffermir le corps plus qu’en terme de perte de poids. Cela ne s’arrête pas là, l’activité permet une nette amélioration de la régulation du stress et des tensions nerveuses de notre quotidien Mieux vaut les réguler en se dépensant, qu’en mangeant. Enfin, l’activité amenant au dépassement de soi joue un rôle valorisant pour l’estime de soi.

Les avantages proclamés par le régime:

 

Un régime sans frustration

 

Deux  jours de diet dans la semaine paraissent moins contraignant que tenir un régime sur plusieurs semaines voire plusieurs mois pendant lesquels on doit surveiller chaque jour son alimentation.

 

On retrouve une vie sociale !

Faire un régime vous empêche d’accepter un resto avec des amis ou les repas familiaux gargantuesques pour ne pas faire d’écart, et vous rend bien souvent de mauvaise humeur. Ce régime permet de choisir ses deux jours de semi-jeûne. Vous ne vous privez d’aucune sortie et autre événement puisque que vous pouvez manger ce que vous voulez les autres jours. De plus, selon Michelle Harvie, quinze jours de pause en vacances ne ruineraient en rien les efforts fournis précédemment.

L’avis de notre diététicienne : régime et sans frustration ne sont pas des mots qui vont de paire. A partir du moment où son alimentation est maîtrisé par des règles imposées par le cerveau, cela empêche toute écoute des sensations alimentaires de faim et de rassasiement. Or ces deux sensations très primitives et spontanées, indépendantes de la volonté tout comme la soif et la fatigue, si elles ont été conservées dans l’évolution de l’être humain c’est qu’elles ont toutes leur importance dans la régulation des apports énergétiques. Le meilleur exemple est celui du nourrisson. Dénoué de tout concept de minceur et de règles diététiques, il régule parfaitement à la calorie prêt  ses apports énergétiques, si précieux dans cette période de vie par sa faim et son rassasiement. Ces deux sensations sont pour moi la clef de la régulation des apports alimentaires. Malheureusement des règles hygiéno-diététiques trop strictes nous bloquent leur ressenti.

 

 

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !