Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Le flexitarisme

mis à jour par le 11/10/2018
Articles ligne en ligne
Vous êtes peut-être déjà flexitarien sans le savoir ! Aujourd’hui on découvre cette nouvelle tendance alimentaire, le compromis idéal entre végétarien et carnivore !

Au juste c’est quoi être flexitarien ?

 

Comme son nom l’indique, le flexitarien, contraction des mots "flexible" et "végétarien", va avoir des tendances « semi-végétariennes ». Il ne va pas, comme les végétariens, bannir la viande rouge, viande blanche et le poisson de son alimentation, mais simplement limiter sa consommation.

Le dictionnaire (Le petit Robert) défini le flexitarien comme quelqu’un "qui limite sa consommation de viande, sans être exclusivement végétarien".

 

Toutefois, aucune règle n’est imposée concernant la consommation de produit animalier, cela peut très bien aller de :
 

- L’élimination complète de la viande et du poisson à la maison avec une consommation occasionnelle lors de repas aux restaurants et lors d’invitations ou occasions particulières par exemple.
 

- La consommation occasionnelle de la viande, là encore, aucune règle n’existe, allant d’une consommation de viande ou poisson de quelques fois par semaine, ou seulement quelques fois par an.
 

- Une diminution progressive de la consommation des viandes et poissons dans l’objectif de devenir végétarien ou végétalien par la suite.

 

- Une élimination de certaines viandes (viande rouge par exemple) ou poissons de son alimentation afin, parfois, de privilégier la qualité de ces aliments plutôt que la quantité.

 

Attention ! Il ne faut pas confondre le flexitarien avec un végétarien faisant des écarts de temps en temps. Le flexitarien décide de consommer de façon responsable en limitant sa consommation de produits animaliers.

Le flexitarien consommera davantage de fruits et légumes, et de produits d’origines végétales afin d’équilibrer son alimentation.

 

Découvrez également quelques conseils pour composer votre assiette en veillant aux bons apports nutritionnels.

 

 

Mais pourquoi cette nouvelle tendance de consommation ?

 

Les raisons d’adopter le flexitarisme sont diverses. Deux flexitariens peuvent avoir des motivations complètement différentes :

 

- La prise de conscience au niveau de la santé
Les français mangent en moyenne plus d’1kg de viande rouge par semaine. Or, les recommandations selon le Programme National Nutrition Santé (PNNS) seraient de ne pas dépasser 500g de viande (bœuf, porc, mouton, veau, chèvre…) par semaine et privilégier la volaille.
Cette consommation excessive pourrait représenter des risques de maladies comme l’apparition de certains cancers, du cholestérol ou encore du diabète.

De plus, nous entendons de plus en plus de scandales alimentaires concernant la viande qui nous pousse à revoir notre consommation de ces produits.  
Devenir flexitarien serait donc bon pour la santé !

 

- Une raison éthique, la cause animalière
L’élevage industriel et la souffrance animale est également une raison pour les flexitariens de limiter leur consommation.
Certains flexitariens vont également privilégier de la viande ou du poisson de bonne qualité, ne provenant pas d’élevage industriel quitte à en consommer moins.

 

- La prise de conscience concernant l’environnement
Nous le savons, la production de viande à outrance pollue et entraine des changements climatiques, la dégradation de l’eau et des sols, un changement de la biodiversité …
À  titre d’exemple, 13 500 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de viande de bœuf.
Consommer moins de viande c’est aussi réduire son empreinte écologique.

 

- Le prix de la viande
Le prix moyen du kilo de viande est de 10,58€ (2012).
Le coût va ainsi être un critère pour les ménages d’adopter ce nouveau mode de consommation.

 

- Étape transitoire vers un régime végétarien ou végétalien
Le model du flexitarisme peut également servir d’étape de transition d’un régime omnivore à un régime végétarien/végétalien.

 

 

 

Le flexitarisme et les carences alimentaires

 

Comme pour les végétariens, il va être important pour les flexitariens de maintenir un équilibre alimentaire.

En éliminant la viande et le poisson, on réduit à la fois nos apports en fer et en vitamine B12.

Il est important de les remplacer par des protéines d’origine végétale, source de fer, que l'on peut retrouver dans : les noix, les légumineuses ou encore les céréales (quinoa ou avoine par exemple). On retrouvera également, les vitamines B12 dans certains produits comme les oeufs et les yaourts par exemple.

 

 

Alors, êtes-vous prêt(e) à devenir flexitarien(ne) ?

 

Découvrez également l’avis de notre diététicienne sur le régime végétarien.

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !