Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Dukan au bac

mis à jour par le 14/08/2014

 

 

Pour démarrer l’année sur les chapeaux de roue, il y a de quoi se mettre en colère !

Après avoir causé des dommages sur la santé  et le comportement alimentaire de nombreux français, il s’attaque aujourd’hui à notre éducation nationale. En efftet dans la réédition de son régime, il adresse à notre Président  une lettre dans laquelle il  propose ses solutions  pour la lutte du surpoids et de l’obésité parmi lesquelles notamment : " mettre en place une option poids d’équilibre au baccalauréat rapportant des points d’option".

Cette option serait créée dans le but de "sensibiliser les ados à l'équilibre alimentaire" en offrant  des points supplémentaires lors de l'épreuve du baccalauréat aux élèves ayant un indice de masse corporelle (IMC), se situant entre 18 et 25 !

L’alimentation, une addiction comme une autre

Monsieur Dukan n’a donc pas compris que la perte de poids n’est pas qu’une question de volonté ! Un grand mangeur sait que pour maigrir il faut manger moins ! Comme un alcoolique sait qu’il devrait arrêter de boire ! Idem pour un fumeur ! Mais le font-ils ? Malgré le fait de connaître les risques de leur addiction !

Ce n’est pas de la volonté mais un déclic ! Le secret ne réside pas uniquement dans la maîtrise des calories ou de l’assiette, tout comme la consommation de cigarettes pour un fumeur.

Pour trouver la solution il faut pousser le problème plus loin, s’attarder à l’envers du décor, comprendre ce que cache cette compulsion, cette envie de manger irrépressible plus forte que soi. En d'autres termes, les causes des addictions. On se rend alors vite compte quand on travaille dans ce domaine que derrière ces tablettes de chocolat, de fromage ou paquets de chips se cachent un mal être, un manque de confiance en soi. C’est aussi un moyen de noyer un chagrin, une séparation ou encore tout simplement de gérer la vie quotidienne. C’est une sorte de béquille dans la vie pour gérer ses émotions.

Aujourd’hui on le sait, les produits gras et sucrés activent le même système de plaisir dans le cerveau que la drogue et la nicotine. Une recherche de soulagement à porter de main. Les agro-alimentaires l'ont d'ailleurs très bien compris! Ils rajoutent du gras, du sucre ou du sel dans tous nos plats!

On se rend alors rapidement compte qu’une simple éducation alimentaire n’est pas suffisante. Il y a bien des campagnes de prévention contre l'alcool et pourtant depuis peu de temps, on voit apparaître l’accentuation du binge drinking chez les jeunes (boire beaucoup d’alcool en peu de temps).

Il faudrait pouvoir savoir comment traiter efficacement les phénomènes addictifs en s'occupant du  mal être ou encore proposer des solutions saines pour mieux appréhender la gestion des émotions.

Discrimination

C'est une proposition qui risque de faire couler beaucoup d'encre dans les jours qui arrivent.

Elle ne ferait qu’accentuer la discrimination envers les personnes en surpoids ou obèses, souvent associées à un manque de volonté, de gens paresseux… Ils ont déjà du mal à accéder à un emploi car souvent mis sur la sellette au moment de l’entretien.

Elle ne prend pas non plus en compte l’idée de progression.

Que fait-on des troubles alimentaires qui se déclarent chez de nombreuses jeunes filles à cet âge-là ! Elles se trouvent déjà trop grosse et entreprennent leur premier régime dès les premières rondeurs de femme qui apparaissent. Ces mêmes premiers régimes qui peuvent mener à l’anorexie ou la boulimie s’il y a un terrain vulnérable d’un point de vue psychologique.

En pleine adolescence, le rapport au corps est déjà suffisamment difficile, il serait impensable d’octroyer des points en plus au bac par rapport au corps ! Cela ne ferait qu’accentuer le culte du corps parfait qui noie suffisamment notre société et nos médias.

En tout cas et fort heureusement, cette proposition fait  déjà réagir sur twitter :

 «  Cette proposition s'appuie sur « la frustation et le malaise des gens »

Pour Parigote Parigote, psychologue « elle aura pour seul effet de traumatiser les ados ».

 « Comme j'ai déjà mon bac, je peux être grosse », ironise Laura Michel.

« Bientôt on en aura des point Bonus pour la Beauté aussi ! »

Le combat du surpoids et de l’obésité en France est loin d’être gagné ! Apparemment à part la solution de la culpabilité on a trouvé rien d’autre ! ça promet !

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !