Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

De la viande de cheval dans des plats préparés

mis à jour par le 31/05/2013

 

La viande de cheval roumaine découverte dans les plats de lasagne Findus, et étiquetés pur bœuf, a déclenché une psychose sur l’origine de nos viandes. Plus largement, c’est l’origine de la composition de nos produits qui est remise en doute. Même si le scandale n’est pas sanitaire, les consommateurs n’ont plus confiance dans les plats transformés par l’industrie agro-alimentaire. Cette affaire révèle une faille importante sur la traçabilité des produits. Sponghero, entreprise française spécialisée dans la transformation de la viande, est aujourd’hui pointée du doigt. Quelles sont les clefs de cette affaire ? Que faire côté consommateur ? Que savoir sur la viande de cheval ?

Pour mieux comprendre cette affaire…

Lorsqu'on fait  le parcours d’un plat préparé de lasagnes chez Findus par exemple, le trajet apparait très long ! Spanghero, sous-traitant de Comigele, achète la viande à une société d’abattage roumaine par l’intermédiaire de deux traders différents, l’un à Chypre, l’autre aux Pays-Bas. Comigele, producteur et distributeur français, vend ensuite ses plats à Findus, le distributeur. Comigele vend ainsi ses produits à au moins 28 entreprises dont 6 enseignes françaises : Auchan, Casino, Carrefour, Cora, Monoprix et Picard et dans 13 pays européens.

La multiplication des intermédiaires augmentent le risque d'erreur mais aussi de fraude d'un sous-traitant voulant augmenter ses marges. 

Les résultats d’une enquête ont montré que Sponghero serait responsable de cette tromperie. L’entreprise française aurait en effet menti sur l’étiquetage de la viande. La viande serait entrée dans l’usine avec un code douanier correspondant à du cheval et en serait ressortie avec une étiquette « bœuf origine UE ». Rappelons que la Roumanie fait bien partie de l’Union Européenne, le problème se situe donc bien dans le type de viande et non dans son origine. Un autre fautif serait le trader néerlandais qui a joué les intermédiaires entre l’abattoir roumain et Spanghero. Celui-ci a déjà été condamné en 2012 pour avoir vendu du cheval argentin étiqueté bœuf halal à des entreprises françaises.

Les produits incriminés, à savoir les lasagnes, les cannellonis, les spaghettis bolognaise, la moussaka ou encore le hachis parmentier ont été à ce jour retiré des rayons.

Que faire côté consommateur ?

Pour celles et ceux qui ne sont pas rassurer et n’ont plus confiance en ce qu’ils achètent, Benoît Hamon, ministre délégué à la consommation, a annoncé lundi soir que la DGCCRF ferait « des contrôles sur des échantillons représentatifs de tous les produits pouvant contenir de la viande de cheval et sur toute la filière viande-poisson pour 2013 ».

Il est aussi recommandé de manger des produits frais dont la traçabilité est certaine. En effet, dès qu’il y a transformation du produit, les industriels ne sont pas obligés de préciser son origine. Ils sont donc plus tentés d’aller chercher les matières premières là où elles sont les moins chères. Par exemple, l’origine d’un steak est mentionnée, en revanche un carpaccio de bœuf ou des brochettes ne le sont pas. Il en est de même pour les autres types de viande comme la volaille ou même les produits céréaliers.

En résumé, pour être sûr de la provenance de ce que vous mangez, il vaut mieux cuisiner soit même des produits bruts que de les acheter déjà cuisinés. Il est en outre plus rapide, moins cher et nutritionnellement plus intéressant de cuir un steak et des haricots en conserve que de mettre un plat préparé dans le micro-onde.

Qu’en est-il de la viande de cheval consommée ?

D’un point de vue nutritionnel, la viande de cheval est moins grasse et plus digeste que la viande de bœuf. Elle possède en plus autant d’apport nutritionnel que les autres viandes. Seul l’aspect culturel peut empêcher certaine personnes d’en consommer. Dans nos civilisations, le cheval est en effet un animal domestique. Il nous est donc plus difficile de la considérer comme de la nourriture.

Manger de la viande de cheval n'est pas dangereux en soi. Ce qui pose problème ici, c'est la façon dont cette viande s'est retrouvée dans des plats préparés français et a altéré la confiance des consommateurs.

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !