-->

Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

La cystite

mis à jour par le 20/10/2014
Cystite

 

La cystite : apprenez à la gérer

La cystite bactérienne est une infection urinaire qui touche majoritairement et couramment les femmes, et ce dès le plus jeune âge. De nos jours, 1 femme sur 3 aurait déjà eu une cystite dans sa vie.
Pourquoi les femmes sont elles la cible idéale de cette infection ? Quels sont les symptômes et comment peut on la traiter et la prévenir ?
Voici des informations utiles, pratiques qui pourront vous améliorer le quotidien.
 

Qu’est-ce que la cystite ?

 Il existe en plusieurs formes de cystite mais la plus commune et la plus courante est la cystite bactérienne. Celle-ci est provoquée par le développement et la prolifération de bactéries intestinales (Escherichia Coli) dans le système urinaire.  L’urine qui est à l’origine stérile (sans micro-organismes) se retrouve ainsi contaminée.
Souvent contractée lors des premiers rapports sexuels, elle se traduit par une inflammation de la vessie.
 

 Le système urinaire

Le système urinaire est constitué des reins, de la vessie et de l’urètre.
Chez la femme, c’est une question d’anatomie : elle possède un urètre court, ce qui entraîne une certaine proximité entre l’anus et le système urinaire. Ainsi les germes présents dans la région anale peuvent tout à fait migrer rapidement jusqu’à la vessie.
La cystite s’accompagne toujours d’une inflammation de l’urètre, que l’on appel urétrite et qui est sexuellement transmissible.

 

Comment reconnaît-on une cystite ?

Selon la cause et la personne, les symptômes peuvent être différents.

 

Une cystite peut ainsi se manifester par

  • Des brûlures au moment d’uriner (brûles mictionnelles).
  • Une fréquence plus importante des mictions le jour et la nuit avec émissions excessivement fréquente d’urine en faible quantité.
  • Un besoin d’uriner immédiatement même si il n’y a pas d’urine.
  • Une sensation de pression dans le bas du ventre
  • Des urines malodorantes et troubles, parfois contenant du sang ou du pue.

 

Quels sont les facteurs de risque les plus courant ?

On peut attraper une cystite par différentes manières, combinées ou non. Les principales causes sont celles d’ordre sexuelles, vestimentaires ou encore hygiéniques.


Ainsi, des relations sexuelles fréquentes et intenses, et notamment après une période d’abstinence (on parle notamment de la cystite de la lune de miel) mais aussi des tenues trop prêt du corps ou encore une toilette négligée peuvent favoriser l’apparition d’une cystite.

 

On peut aussi trouver des cas de cystite chez des femmes ayant recourt au diaphragme comme moyen de contraception.

 

 

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

Certaines femmes sont plus à risque que d’autres, parmi elles on peut compter :

  • celles qui sont sexuellement actives : taux d’infection 50 fois plus élevé que chez les hommes.
  • celles qui sont enceintes: le bébé exerce une pression sur le système urinaire et la grossesse entraîne des changements hormonaux.
  • celles en ménopause : baisse d’œstrogène entraînée.

On peut retrouver d’autres cas plus particuliers tels que les personnes malades ou inconscientes qui ne peuvent uriner par exemple.

Les personnes diabétiques ont également une concentration plus forte en sucres qui favorise le développement bactérien dans les urines.

Mais sachez que l’on peut toutefois retrouver de rares cas de cystites chez les hommes, les enfants ou les personnes âgées.
 

Y a-t-il des complications possibles ?

Il est important de soigner rapidement une cystite car elle peut vite entraîner des complications et notamment au niveau des reins.

 

Quels sont les traitements?

Les médicaments

Des antibiotiques peuvent être prescris en traitement court de 1 à 3 prise, ils seront accompagnés de conseils d’hygiène. Cependant un certain pourcentage de cystites récidives, c'est-à-dire qu’elles apparaissent au-delà de 4 fois par an. Il est donc primordial de revoir la qualité de vie et de faire des examens gynécologiques à la recherche d’anomalies possibles.


Si le problème est non résolue, on peut avoir recourt à un traitement antibiotique préventif de 6 mois à 1 an. Mais le risque est important dans l’année qui suit l’arrêt du traitement.


Enfin, en cas de sécheresse vaginale, on utilise des ovules ou un gel à base d’œstrogène.

 

Non médicamenteux : la phytothérapie

La canneberge préviendrait l’adhésion des bactéries (et principalement EC) à la paroi des cellules épithéliales de la vessie. Les bactéries ne pouvant se fixer ne peuvent ainsi pas infecter la surface de la muqueuse du tractus urinaire.  Ces vertus thérapeutiques seraient notamment dues à sa forte concentration en flavonoïdes. L’effet dépend cependant des personnes. Cependant, comme nous le dit ce vieil adage, mieux vaut prévenir que guérir.

 

Quelques précautions pour les habituées des cystites

  • Le premier remède à appliquer lorsque l’on est fragile de ce point de vue est de boire suffisamment d’eau. En effet, plus l’on boit, plus l’on urine et moins les germes infectieux peuvent stagner dans la vessie.
  • Ensuite, quelques règles concernant nos passages aux toilettes : ne vous retenez pas trop longtemps avant d’aller uriner : plus les mictions sont éloignées plus les bactéries se développent, sources de récidives de cystite.
  • Si vous avez tendances à avoir des troubles du transit intestinal, soignez vous et luttez contre, cela diminuera vos risques de contamination.
  • Luttez notamment contre la constipation et adoptez une alimentation riche en fibre, pratiquez régulièrement une activité physique.
  • Côté hygiène, soyez soigneuses !
  • Essuyez-vous de l’avant vers l’arrière.
  • Laver vos partie intimes régulièrement avec un savon doux (n’utilisez pas de produits alcalins) et évitez les excès car cela peut favoriser l’irritation.
  • N’utilisez pas de tampons trop gros et changez-les souvent car ils augmentent la macération vaginale.
  • Evitez les protège slip.
  • Eviter les jacuzzis.
  • Côté sexualité, préférez les préservatifs lubrifiés qui irritent moins les parties génitales, utilisez un lubrifiant en cas de sécheresse lors des rapports sexuels pour éviter l’irritation, urinez avant et après les relations sexuelles (cela permet d’éliminer les bactéries qui ont pu s’introduire dans la vessie).
  • Changez de méthode contraceptive dans les cas de la pose d’un diaphragme.
  • Côté vestimentaire, évitez les vêtements trop prêts du corps ou string et sous-vêtement en nylon.
  • Enfin, une consommation régulière de jus de canneberge peut diminuer le risque de récidive.

 

La diététique : manger plus d'alcalin pour augmenter le ph des urines

Une alimentation trop acidifiante peut jouer un rôle dans les symptômes de la cystite.


En effet, certains aliments particulièrement acidifiants et pris en quantité non négligeable peuvent causer des troubles vésicaux.
Voici les aliments acides et basiques :

  • Aliments acides : Formage, viande, charcuterie, céréales, poisson, fruits de mer et crustacés/
  • Aliments basiques : fruits, légumes, thés, tisanes, vin.

 

Pour éviter l’acidose, il faut donc privilégier la consommation de fruits et légumes au-delà de 5 par jour, consommer une eau minérale riche en  bicarbonate, diminuer la consommation de viande et fromages et réduire le sel de l’alimentation. Réduire également les produits sucrés et gras.

Mais attention, cela dépend de chacun, il n’est pas établis que ces aliments déclenchent une cystite chez n’importe qui.


Le conseil principal pour réduire ou prévenir l’infection urinaire reste toutefois de boire suffisamment.
Enfin, l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments) a confirmé le pouvoir de la canneberge suffisant pour le voir comme un traitement préventif de la cystite. Le thé vert aurait une action synergique avec la canneberge en participerait à la régulation de certaines bactérie.
 

Le petit plus de Ligne en Ligne

Enfin, comme nous l’avons expliqué précédemment, il est important de garder un intestin en bonne santé, et cela passe aussi par une alimentation équilibrée permettant un bon apport en vitamines, minéraux et oligoéléments.

Ici encore, l’alimentation équilibrée et un mode de vie sain sont à privilégier !
 

Retour à la liste des articles

Découvrez les articles et exercices Ligne en Ligne

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !