Comment préparer une lunch box pour le travail

mis à jour par le 28/02/2019
Lunch box

 

 

Pratique, la lunch box est une alliée du quotidien. À condition de savoir la composer... Ligne en Ligne vous livre tous ses secrets pour y parvenir !

 

Choisir la bonne lunch box


Avant de penser à la remplir, il faut commencer par choisir la bonne lunch box. Avant, c’était simple, il n’y avait que très peu de modèles proposés.

Maintenant, devant le succès de ces boîtes compactes, le choix est devenu beaucoup plus vaste, donc plus difficile.

Le principal élément à prendre en considération est le volume. Bien qu’elles semblent très petites, les lunch boxes sont conçues pour contenir un repas complet et suffisamment copieux pour tenir jusqu’au soir. On estime que 100 ml correspondent environ à 100 kcal ; à partir de ces données, on peut choisir une boîte d’un volume de 700 à 900 ml, selon son activité physique et son appétit.

Ensuite, tout est une affaire de goûts. Le choix est maintenant suffisamment varié pour trouver la boîte idéale, avec des couleurs attirantes, des motifs ou un modèle plus discret, mais toujours pratique et compact.

Il est également important de choisir une lunch box isotherme, qui passe au four à micro-ondes et au lave-vaisselle. Le but est tout de même de gagner du temps avec un accessoire facile et pratique à utiliser.


Et qu’est-ce qu’on met dedans ?


Maintenant que vous avez la lunch box adaptée à votre appétit et à vos goûts, il faut la remplir. Il ne s’agit pas d’y mettre n’importe quoi, mais de se composer un repas équilibré, agréable à manger et qui permette de tenir jusqu’au repas du soir.

Bien sûr, on peut y mettre ce que l’on veut, mais la lunch box est généralement conçue avec un compartiment pour les protéines, un autre pour les sucres lents, un pour les légumes et un pour les laitages.

À partir de là, c’est déjà plus facile. Il faut prévoir au moins un produit de chaque catégorie.

Pour les protéines, on prend des œufs, du poisson, de la viande, du tofu...

Dans le compartiment des sucres lents, on pense au pain, aux céréales, aux pâtes, au riz...

Les sucres rapides peuvent être des fruits frais ou secs, des biscuits, du chocolat... Et un laitage pour finir.

On n’hésite pas à remplir un compartiment avec des légumes, car ils apportent des vitamines pour le dynamisme et des fibres pour la satiété.

Dans tous les cas, on favorise les recettes simples, rapides et consistantes.



Ce qu’il vaut mieux éviter


Dans la mesure du possible, on profite de la lunch box pour manger équilibré et varié. Mais on évite le poisson à réchauffer, pour éviter les odeurs persistantes dans le bureau. Le poisson se prépare plutôt froid et en salade. On évite également les crevettes, gambas ou écrevisses non décortiquées.

Pour les plats chauds, on garde la choucroute ou le cassoulet pour la maison et on opte pour des plats cuits à l’étuvée ou au wok.

Même chose pour les fromages : on privilégie ceux qui ne sentent pas trop fort.

À moins de travailler seul, on oublie l’ail, les oignons crus ou les spaghettis.

 

 

Enfin, on pense aux couverts, à la serviette en papier et, éventuellement, aux comprimés de dentifrice. À table !

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !