Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

Les bienfaits du poisson

mis à jour par le 03/09/2013

bienfaits-poisson

Les bienfaits du poisson

1er avril oblige et son célèbre poisson d’avril, l’équipe Ligne en Ligne s’est intéressée cette semaine à cet aliment santé par excellence qu’est le poisson : source de protéines et riche en fer, le poisson se possède une excellente valeur énergétique et se digère très bien. Côté santé, sa teneur élevée en acides gras polyinsaturés, dits Oméga 3, favorise le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire et le renouvellement de nos cellules.


Quelles sont exactement ces bienfaits ? Quelle valeur nutritionnelle pour le poisson ? Y’a-t-il des risques à manger trop de poissons ?

La valeur nutritionnelle du poisson

Protéines

Les poissons renferment en général 15-24% de protéines. Elles sont de même valeur biologique que celle des viandes. Ainsi, 100 g de poisson apportent autant de protéines que 100 g de viande ou de volaille (poids net).

Lipides

 La principale qualité des poissons est d’être peu gras. La quantité de lipides est très variable : entre 0,5% et 20%

  • Les poissons maigres  comme le cabillaud, le colin, l’églefin, limande, le merlan, la sole, ou encore la truite contiennent entre 0,5% et 2% de lipides
  • Il y a les poissons mi-gras comme l’espadon, le hareng, le maquereau ou encore le thon frais qui en contiennent entre 2% et 10%.
  • Enfin, l’anguille, la sardine, le saumon et autre poissons gras en contiennent plus de 10%.

Contrairement aux viandes grasses, le poisson gras est conseillé. En effet, les lipides contenus dans ces poissons sont composés d’acides gras insaturés. On recommande ainsi de consommer au moins 1 fois par semaine un poisson mi-gras ou gras.

 

Glucides

Les quantités de glucides sont négligeables

.

Sels minéraux

Les poissons de mer fournissent de l’iode qui favorise le bon fonctionnement de la glande thyroïde.

 

Vitamines

L’apport en vitamines est très variable mais, comme pour les lipides, le principal facteur de variation est l’alimentation du poisson. Plus la chair est grasse, plus elle contiendra des vitamines liposolubles, A et D. Si le poisson est pauvre en vitamine C, il contient, par contre, des quantités notables de vitamine du groupe B. Cependant, celles-ci ont malheureusement tendance à passer dans les liquides de cuissons.

 

balance-wihings

 

Quelques contrindications

Le poisson cru

La plupart des poissons peuvent être infectés par des vers appelés anisakis pouvant provoquer des nausées, des vomissements ou des diarrhées si le poisson est consommé cru, comme le maquereau, le thon, le saumon, le hareng. Vérifiez donc bien la fraîcheur du poisson que vous achetez (surtout en été) et congelez-le pendant au moins 24 heures avant de le préparer et de le consommer.    

 

Le mercure

Le poisson est le principal vecteur de mercure dans notre alimentation et sa concentration dans le corps ne doit pas être trop élevée. Ainsi, manger trop de poisson peut nuire aux enfants de moins de 30 mois et aux femmes enceintes.  

 

Nos conseils

  • Diversifiez la consommation des espèces de poisson surtout celle des poissons sauvages (bar, lotte, daurade, espadon, thon) qui ont des taux de mercure élevés.
  • Limitez les quantités consommées : pour les enfants, pas plus de 60 g de poisson par semaine et moins de 150g pour les femmes enceintes.  
  • Les poissons sont également assez riches en urée et ammoniaque. Ainsi, on en consommera qu’en quantité limitée (3 fois par semaine maximum).

 

Très belle journée !

 

Retour à la liste des articles

Découvrez les articles de notre coach sportif

 

Manque motivation ? Découvrez les conseils de notre coach

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !