-->

Quel est votre profil minceur ?

Les études ont prouvé que faire correspondre votre régime à votre propre style de vie
est le principal facteur de succès pour mincir.

Faire le test

L'aspartame

mis à jour par le 25/07/2014

 aspartame

Faut-il se méfier de l’aspartame ?

Dernièrement, on entend beaucoup parler de l’aspartame, en comparaison avec le stévia. Edulcorants intenses, de synthèse, polyols, il est parfois difficile de s’y retrouver. Mettons fin à la polémique en répondant à la question fatidique : l’aspartame est-il véritablement dangereux pour la santé ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Ligne en Ligne vous dévoile tout sur l’aspartame et vous prodigue quelques conseils pratiques pour transformer vos recettes traditionnelles en recettes « light ».
 

L’aspartame, un édulcorant de synthèse, mais encore ?

L'aspartame fait partie de la famille des édulcorants de synthèse. Ce sont des additifs alimentaires qui servent à donner un goût sucré aux aliments. On les dit « de synthèse » ou « artificiel » car ils sont issus de la transformation en laboratoire de différents composés chimiques. Par exemple, l’aspartame (E951) est composé de deux acides aminés : l’acide aspartique et la phénylalanine. Comment fonctionnent-ils ? Ce sont des molécules « vides », c’est-à-dire que le corps ne les reconnaît pas comme des nutriments et n’en tire donc pas d’apport énergétique. En d’autres termes, le corps ne les assimile pas. Ils miment le goût sucré sans sucres et donc sans calories.
La famille des édulcorants de synthèse comprend deux sous familles, les édulcorants intenses (aspartame) et les polyols (stévia).

Les édulcorants intenses

L’aspartame fait parti des édulcorants intenses. On retrouve notamment également l'acésulfame-K (E950), le sucralose (E955) et la saccharine (E954). Ils ont un pouvoir sucrant de 30 à 600 fois supérieur au sucre ; c'est pourquoi ils sont utilisés en très petites quantités. On combine généralement 2 d'entre eux dans une même recette, très souvent il s’agit de l’aspartame et de l’acésulfame-K. On les retrouve surtout dans les boissons light.

Les polyols

Ils sont eux aussi synthétisés en laboratoire, mais sont dans une certaine mesure, plus « naturels ». En effet, ils proviennent de différents sucres d’origine végétale. On les retrouve le plus souvent dans les produits alimentaires destinés aux diabétiques, mais aussi dans les friandises, les bonbons, la gomme, la crème glacée et certains chocolats. Parmi eux on retrouve notamment le stévia et le sirop d’agave.
 

L’aspartame est-il dangereux  pour la santé ?

L’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) dans son rapport du 15 mars 2011, « évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses »,  ainsi que les évaluations réalisées aux niveaux international (OMS), européen (EFSA) et américain (FDA) ont conclu qu’il n’y a aucun danger à consommer de l'aspartame et ont fixé une dose journalière admissible à 40 mg/kg de poids corporel par jour. Il y a longtemps eu une polémique sur certaines études mais dans ces dernières, la quantité d’aspartame utilisée était bien supérieure à la dose journalière.

Contre-indications

Il y a tout de même des contre-indications qui sont : les jeunes enfants, en cas de phénylcétonuries, maladie génétique rare qui empêche les individus d’utiliser correctement l’acide aminé phénylalanine et les femmes enceintes.

 

banniere-service premium


  

 

Avantages et inconvénients

Les avantages : dans le cas du diabète, perte de poids et addiction au sucre.

L’aspartame remplace avantageusement les sucres dans de nombreuses denrées alimentaires tout en conservant le goût sucré et savoureux souhaité. Il permet ainsi aux consommateurs de mieux contrôler leurs apports en calories et ainsi de gérer leur poids tout en conservant le plaisir gustatif ou encore dans le cas de l’addiction au sucre. D'autre part, l'aspartame est l'ingrédient adapté pour les diabétiques. Des études scientifiques ont confirmé que l'absorption d'aspartame ne modifie ni la glycémie ni le taux d'insuline.

Les inconvénients

Chez certaines personnes, la consommation d’aspartame peut appeler à consommer du « vrai » sucre car on trompe le cerveau. En effet, les aliments artificiellement sucrés peuvent provoquer une envie accrue de glucides (le corps cherchant à obtenir les glucides que le goût sucré lui a fait espérer). Les édulcorants ne déshabituent pas à la saveur sucrée. Peut-être serait-il intéressant d’apprendre petit à petit à manger moins sucré ?

D’autre part, les édulcorants peuvent être à l’origine de comportements alimentaires inappropriés. Sachant que les produits sont édulcorés (crèmes desserts, biscuits, parmi d’autres), on peut être tenté d’en consommer davantage. Or, si ces produits sont pauvres en sucre « light », cela ne signifie pas qu’ils sont pauvres en graisse « allégée ». En général, si on en enlève d’un côté, on en rajoute de l’autre. Il arrive même qu’un produit allégé en sucre soit plus calorique que son équivalent non allégé !
 

Gâteaux light : allégez vos gâteaux en sucre

Pour la réalisation de tous vos desserts que vous soyez diabétique ou que vous souhaitez faire attention à votre ligne, il est conseillé d’utiliser de l’édulcorant pour cuisson. Il supportera mieux les températures élevées (même au-delà de 200°)

Quelques conseils d’utilisation :

  • Dix fois moins calorique que le sucre, avec un verre doseur, utilisez les mêmes repères que le sucre.
  • Avec une balance, pour 100g de sucre, utilisez 10g d’édulcorant de cuisson
  • L’édulcorant en poudre est également idéal pour les fruits, laitages et céréales
  • Sous forme de comprimé, déjà dosé, il est très pratique pour le thé et le café.

Découvrez notre sélection de livres sur le sujet

Sur les mêmes thème, retrouvez nos articles sur : 

 

Retour à la liste des articles

 

Découvrez les articles de notre coach sportif

 

banniere-service premium

 

 

 

 

Write icon

Vous avez aimé cet article ? Envie de partager des choses vous aussi ? Nous vous invitons à écrire pour Ligne en Ligne !